Accueil > Agenda

Cycle Les Midis du Cinéma (Bruxelles)

Un jeudi sur deux, les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique accueillent l’association Les Midis du Cinéma pour 4 séances présentant un film sur l’art en rapport avec l’actualité artistique.
Séances à 11h30, 12h30, 13h30, 14h30.

Sur l’agenda 17 décembre 2017


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Les Enchanteurs
    Un film de Frédéric Laffont (2016 - 52’)

    Chaque soir, le rideau va se lever.
    "C’est l’utopie à laquelle on croit tous ici !".
    Sur scène et derrière, dans les ateliers et les bureaux : plus de quatre cents personnes, visibles ou invisibles, œuvrent à faire de cette utopie une réalité. Ils sont Les Enchanteurs. Qu’est-ce qu’une maison d’opéra ? Qui y travaille et comment ? Quelles sont les liens de La Monnaie de Bruxelles avec la société et les publics ?
    Filmé au fil de deux saisons lyriques, en un temps troublé où la culture ne semble plus une priorité pour l’Europe, Les Enchanteurs défendent une certaine vision du monde et de la société.

    Un merveilleux cadeau de Noël que ce film véritablement enchanteur sur l’Opéra de la Monnaie à Bruxelles.

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    L’Atomium in/out
    Un film de Marie-Françoise Plissart (2006 - 24’)

    L’atome est la plus petite unité de matière, le dénominateur commun de tous les êtres, de tout l’univers. Pour symboliser l’infiniment petit, un monument colossal a été construit. L’Atomium, dont la durée de vie devait être de 6 mois, subit 47 ans plus tard une transformation. Pendant une année, Marie-Françoise Plissart a placé sa caméra au coeur de l’Atomium pour en filmer la mise à nu et la reconstruction. Des hommes minuscules suspendus au Géant d’acier oeuvrent à lui redonner l’éclat des premiers jours. L’atome est la plus petite unité de matière, le dénominateur commun de tous les êtres, de tout l’univers. Pour symboliser l’infiniment petit, un monument colossal a été construit. L’Atomium, dont la durée de vie devait être de 6 mois, subit 47 ans plus tard une transformation. Pendant une année, Marie-Françoise Plissart a placé sa caméra au coeur de l’Atomium pour en filmer la mise à nu et la reconstruction. Des hommes minuscules suspendus au Géant d’acier oeuvrent à lui redonner l’éclat des premiers jours. Depuis sa construction pour l’Expo 58, la fascination que l’Atomium a exercée sur nous n’a pas faibli. Nous levons les yeux et continuons à rêver.

    Bruxelles, rendez-vous des nations
    Un film de Paul Haesaerts (1958 - 26’)

    Visite guidée de l’Expo 58 réalisée par Paul Haesaerts, grand amateur d’art. Le film se focalise sur les éléments typiquement architecturaux qui ont donné à l’Expo 58 un aspect différent de celles qui l’avaient précédée.

    60 ans déjà ! En 1958, Bruxelles a été la capitale du monde

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3,
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Jardins, paradis des artistes
    Un film de Stéphane Bergouhnioux (2017 - 52’)

    Le film de Stéphane Bergouhnioux s’offre comme une promenade buissonnière dans les visions luxuriantes de créateurs contemporains. Si les jardins sont éphémères, leurs représentations dans l’art résistent au temps. Rares sont les artistes qui n’ont pas un jour rêvé ce mélange de nature et d’artifice, faisant jaillir de leurs mains des visions à chaque fois uniques. De l’Antiquité à Tim Burton en passant par Fragonard, Monet ou Murakami, l’histoire de l’art est traversée par la beauté, la sensualité, la poésie et le mystère des jardins. Ils sont le cadre et l’incarnation des rêves et des angoisses des artistes, symboles d’une quête existentielle, celle du paradis.

    Le jardin se célèbre telle une œuvre d’art tout au long de l’exposition que lui consacre le Grand Palais à Paris du 15 mars au 24 juillet 2017, en tableaux, fresques, herbiers, objets, photos, voyageant de Pompéi à Monet

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Fernand Léger
    Un film de Jacques Vichet (2014 - 52’)

    Fernand Léger est né à Argentan en Normandie le 4 février 1881. Dès 1900, il s’installe à Paris où il est admis à l’Ecole des Arts Décoratifs. Ses premières peintures sont marquées par l’impressionnisme. Atteint d’une maladie pulmonaire, il part chez un ami en Corse. Ce séjour lui fera découvrir la lumière méditerranéenne. De retour à Paris, en 1907, il rencontre de nombreux peintres, dont Paul Cézanne. Sa mobilisation, en 1914, est une rupture dans son travail. Il se marie et part s’installer à Vernon. Il introduira un nouveau concept à ses oeuvres : les éléments mécaniques, qui lui permettront de rendre compte de la vie moderne ; Les années vingt sont fastes : beaucoup de commandes, de créations et de rencontres. Il travaille même pour le cinéma. Sa première grande exposition à lieu à Chicago en 1935. Dès la déclaration de guerre en 1940, il quitte la France pour New York. Il retrouve ses amis peintres exilés. Cette période américaine est marquée par différentes recherches sur les contrastes.. En 1945, de retour à Paris, il s’inscrit au Parti Communiste français. Il défendra des idées nouvelles comme le nouveau réalisme en Art. Dans cette dernière période de sa vie, il va diversifier son art : fresques, vitraux, décors de théâtre, céramiques, sculptures...

    Pour accompagner l’exposition de Bozar "Fernand Léger, le beau est partout" du 9 février au 3 juin 2018

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    La turbulence Rodin
    Un film de Claire Duguet et Leslie Grunberg (2017 - 52’)

    La place de Rodin dans l’histoire de l’art est unique. Avec des œuvres comme La porte de l’enfer, Le baiser ou son Balzac, éreinté avant d’être encensé, Rodin a fait sortir la sculpture de sa vocation ornementale pour la faire entrer, charnelle et palpitante, dans une nouvelle ère. Grâce à un riche choix d’archives, Claire Duguet retrace son parcours artistique en l’inscrivant dans le formidable bouillonnement (pictural, littéraire, musical, architectural et sociétal) qui traverse la France de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à la Belle Époque.

    2017 consacre Auguste Rodin et fête le centenaire de la disparition du père de la sculpture moderne, et notamment au Grand Palais 22 mars au 31 juillet 2017

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Pétra et les Nabatéens
    Un film de Jacques Vichet (2013 - 52’)
    Pétra, située au cœur d’une vallée bordée par les montagnes, a été occupée vers le VIe siècle av. J.-C. par les Nabatéens, qui l’ont fait prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l’encens, les épices et autres produits de luxe entre l’Egypte, la Syrie, l’Arabie du Sud et la Méditerranée. Au IVe siècle av. J.-C., la ville s’étend sur plus de 10 km. Le Sîq, défilé long, étroit et sinueux, constitue l’entré de la ville antique. Sa largeur maximum de quelques mètres, avec ses parois de plusieurs dizaines de mètres de hauteur, en font un endroit facile à défendre. La Khazneh, appelée également "trésor du Pharaon", est l’un des bâtiments les plus connus de la cité antique car pendant longtemps les Bédouins, qui ont vécu dans le secteur, ont cru que l’urne funéraire située en haut du bâtiment contenait un important trésor. Représenté par une imposante façade taillée dans le grès et influencé par l’art architectural d’Alexandrie, il serait le tombeau du roi Arétas IV (mort en 40). Le Deir, ou "le monastère", est le bâtiment le plus imposant et sa façade semble liée à un rite funéraire. Une importante urne funéraire a été trouvée à son sommet.

    Une merveilleuse redécouverte d’une civilisation perdue

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles