Accueil > Agenda

Sur l’agenda 17 janvier 2018


  • Ernest Pignon-Ernest et Pasolini : Si je reviens
    Un film du Collettivo Sikozel ( 2016 - 60’)

    Ernest Pignon-Ernest est l’un des pionniers de l’art urbain international. Dessinateur hors pair, ses images collées sur les murs des villes en révèlent l’histoire et les problématiques contemporaines. En 2015, à l’occasion du 40e anniversaire de l’assassinat de Pasolini, l’artiste entreprend un voyage sur les lieux de la vie, de l’œuvre et de la mort du poète. Qu’avons-nous fait de sa mort ? A Rome, à Matera et à Naples, Ernest Pignon-Ernest interpelle les habitants et les passants en collant sur les murs une image dessinée à la pierre noire, une piéta laïque dans laquelle Pasolini, au regard sévère, porte dans les bras son propre corps sans vie. « Si je reviens » suit le parcours existentiel de cette image, de sa genèse à son insertion dans la réalité quotidienne des villes italiennes. En cela, le film interroge la permanence de la pensée de Pasolini dans l’imaginaire collectif et témoigne du déchirement qu’il suscite encore aujourd’hui, 40 ans après cette nuit du 2 novembre 1975 où il fut assassiné sur une plage à Ostie. Entre fascination et déni, l’image de Pasolini résonne dans les personnes rencontrées comme un avertissement, un rappel à la lucidité et à l’engagement dans nos sociétés.

    Grand Curtius
    Féronstrée 86-88
    4000 Liège

  • Dans le cadre de l’exposition Private Choices du 09.11.2017 au 27.05.2018


    Pascal Bernier - Le Syndrome plastique
    Un film d’André Goldberg (2001 - 26’)

    Par une habile mise en scène mêlant les œuvres du plasticien à des images inspirées par son univers particulier, le film nous fait découvrir un monde, et l’art contemporain comme outil d’exploration et d’analyse du monde...

    Mavambu !
    Un film de Rosine Mbakam, Mirko Popovitch (2011 - 26’)

    Face caméra, sur fond noir, en plan rapproché, Tsimba se livre et se raconte, dévidant peu à peu les fils qui ont tissé son œuvre. Sa voix glisse en off sur Kinshasa aujourd’hui, saisissant Tsimba dans ses rues palpitantes, son quotidien, son travail, ses gestes d’artiste. Ce procédé très simple semble faire surgir les images directement du récit de Tsimba, leur donnant parfois le statut presque magique de l’invocation.

    Centrale For Contemporary Art
    Place Sainte-Catherine, 44
    1000 Bruxelles