Max Jacob

Artiste : Max Jacob
Artistes évoqués :
André MalrauxGuillaume ApollinaireJean CocteauMichel LeirisMaurice SachsMarcel Jouhandeau

Max Jacob

  • 45'
  • 1995
  • VF

Image : Jean-Yves Guillevéré | Son : Jean Quennelle | Montage : Vandewattyne | Documentaliste : Colette Massat | Production : Fabienne Servan-Schreiber | Coproduction Cinétévé, France 3, INA | Pays : France

  • 45'
  • 1995
  • VF

Résumé

Le film est issu de la série intitulée Un siècle d’écrivains et propose une présentation intéressante de l'auteur Max Jacob, servie par une iconographie riche et de nombreux témoignages.

Avis

Chronologique, l’approche se divise en six périodes qui insistent sur la formation et les rencontres : l’enfance à Quimper dans la bourgeoisie commerçante, le départ à Paris et son amitié décisive avec Pablo Picasso avec qui il partagera l’atelier et la misère de la rue Ravignan, "le choc céleste" qui fera de lui un catholique fervent mais constamment déchiré entre son goût des plaisirs et un repentir de pénitent, sa retraite à Saint Benoît sur Loire, ses séjours à Paris rue Nollet où il a été le guide de nombreux jeunes artistes, et enfin son arrestation et sa mort au camp de Drancy en 1944. Poète et peintre (c’est moins son œuvre littéraire que ses gouaches qui lui ont permis de vivre), breton et juif, chrétien et homosexuel, sa vie difficile et pleine lui a permis d’être proche de tous les grands mouvements de son temps cubisme et surréalisme, le groupe des Montparnos et l’ami de Guillaume Apollinaire, Jean Cocteau, Michel Leiris, André Malraux, Maurice Sachs ou Marcel Jouhandeau. Il adorait aussi le café concert, l’opérette, le théâtre. Des tableaux, des manuscrits, des extraits de films, des photographies, des témoignages illustrent ses circulations. Le commentaire informatif fait de nombreuses citations de ses livres.

Max Jacob 1876-1944France
Quittant la Bretagne pour étudier le droit à Paris, Max Jacob s’en détourne pour écrire et mène une vie de bohème à Montmartre. En 1909, il dit avoir vu Dieu apparaître et se convertit au catholicisme, lui dont la famille est juive. Il se met alors frénétiquement au dessin et à l'écriture. 'Le Cornet à dés', son recueil de poésie le plus connu est publié en 1917. Au cours des vingt années qui suivent, Jacob est productif et s'essaie à différents genres : poèmes en vers et en proses, nouvelles, contes, romans, essais et même l’opéra-bouffe. Il mène également une discrète carrière de peintre, essentiellement des paysages. Il se retire ponctuellement à Saint-Benoît-sur-Loire, mais ses amitiés avec Modigliani, Jean Cocteau ou Sacha Guitry le retiennent à Paris. C'est là, qu'en 1944, il est arrêté par la Gestapo. Malgré les efforts de ses proches pour le faire libérer, Max Jacob meurt d’une pneumonie dans le camp de Drancy.
Anne Andreu °1939France
Réalisatrice de documentaires sur l'art pour la télévision française, Anne Andreu est aussi journaliste et critique de cinéma dans différents journaux. Elle a produit de nombreux magazines culturels consacrés au cinéma. Parmi les documentaires qu’elle a écrits et réalisés, citons 'Eternelle Jean Seberg' (2013), 'Catherine Deneuve, belle et bien là' (2009) et 'L’impressionnisme, éloge de la mode' (2012).
Alain Ferrari France
Réalisateur de documentaires, Alain Ferrari a d'abord été le second assistant de Robert Bresson. Il a signé de nombreux documentaires sur les artistes : 'Gustave Courbet' (1983), 'Max Jacob' (1995), 'Hannah Arendt' (1995) ou 'René Clément, témoin et poète' (2013).
Rent Max Jacob using the form