Que viva Tina !

Artiste : Tina Modotti
Artistes évoqués :
Edward WestonPablo NerudaDavid Alfaro Siqueiros

Que viva Tina !

  • 52'
  • 1997
  • VF
Réalisation : Silvano Castano

Image : Alain Baptizet | Son : Sibylle Hayeme | Montage : Julie Soland-Martinovic | Production : Sophie Goupil, Canal +, Poisson Volant | Pays : France

  • 52'
  • 1997
  • VF

Résumé

Retour sur la vie passionnée et passionnante de Tina Modotti, photographe talentueuse qui, partie de l'Italie pauvre au début du 20e siècle, découvrit sa vocation aux États-Unis avant de l'abandonner pour la cause communiste.

Avis

"Comment concilier l’art et la vie ?" demandait Tina Modotti à Edward Weston qui lui fit découvrir la photographie et le Mexique. L’existence agitée, multiple et fracturée de la charismatique photographe est là pour dire qu’elle n’a jamais trouvé la réponse. Mais sa vie et son art, fussent-ils séparés, fascinent. Issue d’un milieu ouvrier dans l’Italie pauvre du début du siècle, elle a, comme son père qui la fait venir aux États-Unis où il avait émigré, les idées à gauche. D’abord couturière, puis mannequin, sa beauté la transformera vite en starlette hollywoodienne. Carrière brève car elle va être emportée par une suite de passions et de rencontres, chaque amour lui ouvrant un pays, un engagement, une vocation. Sa liaison tumultueuse avec le photographe américain Weston sera déterminante. Pendant huit ans, à ses côtés, elle deviendra, l’élève égalant le maître, une des photographes les plus douées des années 1920. Ses photographies d’abord artistiques, jouant sur les lignes et la composition prendront, en gardant la même rigueur de cadre et de regard, une coloration de plus en plus sociale et militante. Elle entre dans le cercle intellectuel et communiste des peintres fresquistes conduit par le muraliste El Coronelazo (David Alfaro Siqueiros). Elle deviendra l’égérie du révolutionnaire cubain Julio Antonio Mella qui mourra assassiné, puis de Vittorio Vidali, agitateur international et stalinien rigide qui la transformera en militante professionnelle du Secours rouge et du Komintern. Photographier lui semble alors du temps dérobé au Parti et à la cause du peuple. Elle jette, comme dira Pablo Neruda, son appareil dans la Moscova et ne sera plus que l’exécutrice des ordres du Kremlin à Moscou ou à Madrid pendant la guerre d’Espagne. Meurtrie par la victoire franquiste, amère et certainement lucide, elle reviendra au Mexique où elle mourra mystérieusement dans un taxi à l’âge de quarante-cinq ans. Le film, conduit par un commentaire très informatif, est construit sur des documents d’archives et des extraits de films. Il donne aussi la parole à quelques témoins ou analystes de la vie de Tina Modotti. La biographie y tient sans doute malheureusement plus de place que la photographie, mais sa vie a été si romanesque que le cinéaste n'a pu que se laisser emporter.

Tina Modotti 1896-1942Mexique
Photographe et révolutionnaire. Tout le travail de Tina Modotti s’établit sur une courte période allant de 1923 à 1930, de sa rencontre avec Edward Weston à son expulsion du Mexique. Plans serrés de fleurs et de corps, fragments d’architecture et abstractions géométriques composent son regard, elle inscrit son engagement dans ses reportages sociaux ou sa relation avec le révolutionnaire cubain Julio Antonio Mella, abattu en pleine rue à ses côtés. Exilée en Espagne, Tina Modotti abandonne la photographie pour lutter contre le franquisme. Son travail est redécouvert à la fin des années 1990 et ses images sont désormais exposées au MoMA à New York.
Silvano Castano France
Depuis les années 1990, Silvano Castano s'intéresse à l'histoire et à l'art. Il a signé plusieurs documentaires dont 'Passe ton rap d'abord' (1991), et plus récemment 'Asmahan, une diva orientale' (2013).
Rent Que viva Tina ! using the form