Horyuji !

  • 16'
  • 2022
  • VF st EN
Réalisation : Julien Devaux

Image & Montage : Julien Devaux | Montage son & Mixage : Antoine Citrinot

  • 16'
  • 2022
  • VF st EN

Résumé

En plein milieu de la campagne belge se cache une Minka (民家), une maison privée traditionnelle japonaise, dont la structure de bois fut d'abord démontée au Japon avant d'être rapatriée par son propriétaire, William Devaux. Son fils, le réalisateur Julien Devaux, décide de le filmer dans cette maison qu'il aura passé des années à reconstruire alors que l'ombre de la maladie plane...

 

Avis

La maison traditionnelle de bois
fut un cadeau précieux.
Elle fut démontée et transportée
À travers les eaux pour William;
Afin qu’il puisse conserver l’esthétique du Japon
dans un coin de campagne belge.
Et ce fut fait. 
L’art, il le développa au fil des ans.
La beauté, il la rechercha toute sa vie.
La passion, il la partagea,
malgré la maladie amère qui l’emporta.
Enfin, il confia son esprit
À l’humble charme
de cette maison japonaise
qui fut son cadeau le plus cher. 

 

Comme pour conserver une capsule spatio-temporelle sensible, le réalisateur Julien Devaux décide de filmer son père, alors atteint d’un cancer en phase terminale, dans sa maison traditionnelle japonaise qu’il a lui-même importée du Japon puis reconstruite dans la campagne belge. Réalisé pendant le confinement, Horyuji! évoque une certaine idée de la beauté, de l’art, du rapport père-fils et de la vie en capturant un moment hors du temps alors que celui-ci vient justement à manquer… Si le sujet peut paraître grave, le film paradoxalement est à la fois doux et facétieux, à l’image de son personnage principal, William qui entre l’élaboration patiente d’un bouquet de glaïeul et une sieste au soleil conduit une voiture de collection extraordinaire ou s’échappe d’un coup du lieu proclamant que « trop de beauté tue la beauté ». Le film, assez taiseux, capture ces moments partagés dans ce lieu hors du commun en communication avec la nature environnante. Il ose la musique japonaise et les silences sans s’embarrasser du comment ou du pourquoi. Et c’est bien cela qui touche au plus profond, un geste de cinéma qui va à l’essentiel pour révéler une présence pure.

Julien Devaux Belgique
Originaire de Tournai, Julien Devaux a étudié les Beaux-Arts en Angleterre, puis l'histoire de l'art à Paris. Documentariste et vidéaste, il a réalisé 3 films sur l'art, le premier "De Larges Détails" (56', 2006), sur l'artiste Francis Alÿs avec lequel il ne cessera ensuite de collaborer. Il réalise en 2012 "Trait pour Trait" (52'), film sur une peintre figurative, Mélissa Pinon, et sa relation à un tableau du Louvre "La Raie" de Jean-Baptiste Siméon Chardin. Plus récemment il réalise "Du Fil à la Trame" (86', 2022), film sur la tapisserie dans l'art contemporain essentiellement autour de la technique dite des Gobelins entre Paris et Mexico.
Louer Horyuji ! via le formulaire