Les figures de l’excès : ‘Trois figures dans une pièce’ de Francis Bacon

Artiste : Francis Bacon
Artistes évoqués :
Diego VelasquezEadweard MuybridgeMichel-Ange

Les figures de l’excès : ‘Trois figures dans une pièce’ de Francis Bacon

  • 26'
  • 1996
  • VF
Réalisation : Alain Jaubert

Alain Fleischer et Christian Boltanski se connaissent depuis toujours, ou presque. Alain Fleischer a filmé l'artiste dans l’intimité, a réalisé plusieurs films sur lui. Ils ont aussi signé ensemble des courts métrages expérimentaux. Dans le cadre de la série Contacts, le cinéaste livre un film simple, au principe narratif évident, réalisé principalement par banc-titre. Sur l’écran, il fait défiler des visages, des portraits, des instants banals de vie familiale, de moments de bonheur arrachés au continuum du temps. La caméra se balade sur ces images, les saisit dans leur ensemble, se rapproche jusqu’à les dissoudre, s’en éloigne tandis que la voix off de Christian Boltanski raconte son travail, la genèse de ses œuvres comme 'Menschlich' (qui veut dire humain en allemand), une installation murale faite de centaines de photos d’anonymes (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 1998.) Si ce court métrage est passionnant, c’est qu’il réussit à ramener simplement toutes les obsessions de l’artiste dans le faisceau de ses portraits photographiques : la mort, le temps, la mémoire, l’anonymat, la normalité, la trace et le reste, la photographie "qui sauve et tue", l’interrogation sur les codes de la représentation, le travail de l’exposition... Les commentaires de l’artiste éclairent chaque photo en les creusant de ses diverses dimensions, tel un bain révélateur qui leur donnerait son sens et sa profondeur. Ce qui construit une image comme objet du regard, c’est l’intentionnalité qui la montre et la met en lien avec d’autres. Derrière la voix posée de Christian Boltanski, on devine une fenêtre ouverte sur un jardin. Quelques oiseaux babillent et viennent construire l’envers de l’image, celle d’où provient cette voix. La caméra, elle, feuillette ces portraits, tel un album intime de l’artiste. À la manière de l'artiste dans son travail, le film accumule les visages, et par là-même, les sauve, lui aussi, de la nuit de l’oubli. Il répète ainsi le geste artistique en même temps qu’il l’explicite. Le calme de l’artiste, l’omniprésence de sa voix, le procédé cinématographique tout en douceur, ce chant d’oiseaux dans le lointain, tout contribue à construire une intimité que nous partageons. Mais les noirs et blancs granuleux, flous, parfois surexposés, la proximité des visages photographiés, le morcellement des visages décadrés, ces bouts d’humains, nous hantent avec la même force que les fantômes, renouant avec la magie première de la photographie.

  • 26'
  • 1996
  • VF

Résumé

Un épisode de la célèbre série Palettes qui analyse le triptyque de Francis Bacon 'Trois figures dans une pièce' et envisage l’œuvre comme une longue réflexion sur l’incarnation.

Avis

Un prégénérique présente des images en noir et blanc de l’interview filmée que le peintre a accordée à David Sylvester, l’historien d’art et l’ami qui l'a accompagné jusqu’à sa mort en 1992. Des extraits de ce document seront repris plusieurs fois par Alain Jaubert car ils ont l’inestimable avantage de montrer Francis Bacon dans son atelier, parlant de son travail avec lucidité et une grande intelligence. L’atelier de Bacon est devenu, par ailleurs, célèbre comme une sorte d'autoportrait. Le peintre en parlait comme "d’un tas de compost" où il accumulait, dans un désordre indescriptible dont jamais rien n’était jeté, pinceaux, tubes de couleur, assiettes-palettes, et les strates de papier, de référence, de documentation et de photographie qui nourrissaient son inspiration. Si Alain Jaubert analyse le triptyque 'Trois figures dans une pièce' selon sa méthode habituelle (composition, couleur, forme), il va aussi évoquer d’une manière plus générale l’œuvre de l’artiste : ses rapports avec ses amis et modèles Lucian Freud et Georges Dyer, le mauvais garçon et le compagnon qui disparaîtra tragiquement en 1971. Le cinéaste va aussi aborder les références du peintre, en particulier le portrait du pape Innocent X peint par Diego Vélasquez, les travaux sur le mouvement du photographe Eadweard Muybridge, les grandes sculptures de Michel-Ange. Enfin, il met en lumière ses thèmes, la figure, la chair, le corps supplicié ou déformé, la représentation de la viande ouverte qui fait de l’œuvre de Francis Bacon une longue réflexion sur l’incarnation.

Francis Bacon 1909-1992Irlande
Alain Jaubert °1940France
Journaliste, producteur et réalisateur de télévision, Alain Jaubert enseigne à l’École des Arts Décoratifs de Paris. Il produit, entre autres, pour l’INA et le CNRS des films documentaires et, dans le cadre de l'émission Océaniques, fait de nombreux entretiens avec des écrivains : Jorge Luis Borges, Umberto Eco, Octavio Paz, René Girard... Il est l’auteur-réalisateur de la série Palettes.
Rent Les figures de l’excès : ‘Trois figures dans une pièce’ de Francis Bacon using the form