Jean-Michel Othoniel, le trésor d’Angoulême

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Gilles Coudert et Damien Faure (2016, 52′)
‘Le Trésor de la cathé­drale d’Angoulême’, com­men­cée en 2008 et ter­mi­né en 2016, est une œuvre monu­men­tale de l’artiste Jean-Michel Othoniel qui met en scène plus de 200 objets et sculp­tures litur­giques datant pour la plu­part du XIXe siècle. Ce pro­jet est une com­mande de la Drac Nouvelle-Aquitaine. Le film de Gilles Coudert et Damien Faure nous fait vivre l’aventure du Trésor à tra­vers la parole de Jean-Michel Othoniel et la ren­contre dans leur ate­lier, des Maîtres d’art qui l’ont éla­bo­ré avec lui. Des déci­sion­naires aux nom­breux arti­sans, tous témoignent du long pro­ces­sus de cette réa­li­sa­tion majeure.

À l’occasion de l’exposition ‘Jean-Michel Othoniel, le Théorème de Narcisse’ au musée du Petit Palais à Paris (22/09/2021 – 02/01/2022).

Trains & Tracks II

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Dans le cadre d’ Europalia 2021 consa­cré au che­min de fer et de l’exposition ‘Trains & Tracks’ qui a lieu aux Musées royaux des Beaux-Arts (15/10/2021 – 15/02/2022).

Papillon de nuit de Raoul Servais (1997, 8’)
Un conte poé­tique et noc­turne direc­te­ment ins­pi­ré par l’u­ni­vers du peintre Paul Delvaux.

Calatrava, Dieu ne joue pas aux dés de Catherine Adda (2000, 52′)
Sur le plus grand archi­tecte des gares qui a réa­li­sé notam­ment celle de Liège-Guillemins. 

Delvaux, le somnambule de Saint-Idesbald

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film d’Adrian Maben (1986, 68′)
Au fil des rails de che­min de fer, des petites gares de pro­vince de Belgique, des places et des fau­bourgs rési­den­tiels de Bruxelles, ce film nous pro­mène dans les lieux intimes du peintre belge Paul Delvaux (1897 – 1994). Celui-ci égrène avec sim­pli­ci­té les sou­ve­nirs de ses rêves d’en­fant et de sa vie quo­ti­dienne, qui consti­tuent le décor de ses tableaux oniriques.

Dans le cadre d’ Europalia 2021 consa­cré au che­min de fer et de l’exposition ‘Trains & Tracks’ qui a lieu aux Musées royaux des Beaux-Arts (15/10/2021 – 15/02/2022).

Trains & Tracks

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Dans le cadre d’ Europalia 2021 consa­cré au che­min de fer et de l’exposition ‘Trains & Tracks’ qui a lieu aux Musées royaux des Beaux-Arts (15/10/2021 – 15/02/2022).

Manet, Monet, la gare Saint Lazare de Danielle Jaeggi (1998, 26′)

Incarnation de la moder­ni­té, la gare Saint-Lazare dans le quar­tier de l’Europe, à Paris, est, au cours des années 1870, un sujet de choix pour les peintres comme Manet, Monet, Caillebotte… Chacun adopte un regard dif­fé­rent sur ce quar­tier nou­veau, élé­gant et cos­mo­po­lite qui révèle les dif­fé­rentes ten­dances de l’im­pres­sion­nisme. Ce film nous invite, à tra­vers un ensemble de pein­tures du XIXe siècle, à redé­cou­vrir les rues du quar­tier de l’Europe et de la gare Saint-Lazare.

Les Jardins sus­pen­dus de la High Line à New York de Stéphane Carrel (2017, 26′)

La pro­me­nade sur­plom­bant New York sur l’emplacement d’une ancienne voie de che­min de fer.

Goya

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Une séance avec deux films sur l’ar­tiste espa­gnol Francisco Goya, après les expo­si­tions du musée des Beaux-arts d’Agen (03/11/2019 – 10/02/2020), du musée du Prado de Madrid (20/11/ 2019 – 16/02/2020), et pen­dant l’exposition de la Fondation Beyeler de Bâle (10/10/2021 – 23/01/2022).

Goya ou la luci­di­té de Jean-Paul Fargier (2001, 26′)

El dos de mayo, 1814, Goya de Carlos Franklin (2017, 26′)
 

Chaïm Soutine

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Valérie Furla (2007, 52′)
Un hom­mage au génie de Soutine à tra­vers sa vie et son œuvre. Ce film est une tra­ver­sée du Montparnasse des années folles, de sa misère, de ses fêtes, de son incroyable cli­mat de créa­tion et de recherche artis­tique. Il nous mène aus­si dans les régions du midi de la France si pri­sées par les peintres de ce début de siècle. Soutine, homme soli­taire et intro­ver­ti, entiè­re­ment dédié à son œuvre côtoie les peintres de l’École de Paris : Modigliani, Chagall, Kikoïne … Puis au som­met de son art, il ren­contre enfin le suc­cès ; si la vie lui est moins dif­fi­cile désor­mais, il reste tou­jours cet homme malade et intran­si­geant qu’il a tou­jours été.
Dans ce film, il s’a­git avant tout de mieux com­prendre l’œuvre et l’âme du peintre Chaïm Soutine en péné­trant la matière pal­pi­tante et sen­suelle de ses pay­sages et de ses por­traits et en les confron­tant à la réa­li­té qu’il a vécue.

À l’occasion de l’exposition « Soutine/De Kooning » au musée de l’Orangerie de Paris (15/09/2021 – 10/01/2022).