Images cinématographiques sur Bartòk

Artiste : Béla Bartók

Images cinématographiques sur Bartòk

  • 21'
  • 1989
  • VF
Réalisation : Peter Sulyi

Scénario, montage : Peter Sulyi | Image : Gabor Szabo | Musique : Béla Bartók | Production : MIV, FMS Hungarian Television | Pays : Hongrie

  • 21'
  • 1989
  • VF

Résumé

La veuve de Tibor Serly ayant mis à leur disposition les rares minutes de documents cinématographiques qui restent de Béla Bartók - dont le son est malheureusement perdu - les musicologues Erzsébet Tusa et Ernö Lendvai tentent de retrouver le passage de piano que Bartók joua à New York chez les Serly ce 26 septembre 1942.

Avis

Un mini roman policier musical, un hommage rendu, à travers des archives, à un grand compositeur et surtout, un chef-d’œuvre d'une intelligence rare. Béla Bartók est mort à New York en 1945. De lui, nous n’avons pratiquement pas d’images cinématographiques. Restent deux documents muets : un petit film d’amateur tourné en super 8 miraculeusement retrouvé et une séquence où il joue l’Allegro Barbaro. Dans un studio, deux musicologues vont essayer en analysant la position de ses mains sur le clavier, en étudiant l’attitude de son corps, la manière de frapper sur les touches, de retrouver ce qu’il joue. On leur projette les fragments du film. Ils commentent, ils tâtonnent, ils cherchent. Un "mano a mano" où les mains des exégètes admiratifs prennent le relais de celles du musicien. Ce décryptage savant et affectueux se fait en mêlant réflexion et émotion mais c’est l’émotion qui gagne, portée dans certains plans par le visage émacié et inspiré du compositeur.

Béla Bartók 1881-1945Hongrie
Comptant parmi les premiers compositeurs de musique contemporaine, Béla Bartók laisse une œuvre abondante qu’il déploie à travers ses recherches sur la musique folklorique de l’Europe Centrale, des symphonies ou partitions lyriques, de la musique de chambre ou de la musique pour piano. Devenu célèbre du jour au lendemain avec la 'Symphonie Kossuth' présentée à Budapest, il voyage de par l’Europe avec ses compositions, parmi lesquelles citons 'Le Château de Barbe-Bleue', 'Le Mandarin merveilleux', 'Mikrokosmos', 'Percussion et Célesta'. Béla Bartók ne se compromet pas avec la montée des régimes autoritaires et refuse que ses œuvres soient jouées dans des concerts nazis, jusqu’à ce qu’il ne s’exile aux États-Unis en août 1940.
Peter Sulyi °1950Hongrie
Devenu scénariste après avoir été parolier, Péter Sülyi travaille à la télévision hongroise et devient directeur artistique du studio des jeunes artistes. Il se consacre ensuite à la réalisation et certains de ses films seront interdits d’antenne jusqu’à l’éclatement du bloc soviétique. Citons, entre autres, 'Le rêve du magicien' (1986, prix du meilleur film télévisé de l’année au festival de New York) et 'Des images filmées sur Bartok' (1988) primé à Bruxelles, Montréal, et Locarno.
Rent Images cinématographiques sur Bartòk using the form