Les trois lettres – L’âme est vagabonde

Les trois lettres – L’âme est vagabonde

  • 9'
  • 2015
  • VF

Musique : Thomas Smetryns | Montage : Effi Weiss | Production : Les frères Zarakoff

  • 9'
  • 2015
  • VF

Résumé

Dernière partie de la trilogie de Guillaume Vandenberghe et Rapahël Kolacz sur le peintre Philippe Vandenberg, 'L'âme est vagabonde' se fraie un chemin dans l'atelier du peintre, au lendemain de son suicide, en quête de ses traces, de son monde et de sa douleur, partout prégnante.

Avis

Le 29 juin 2009, le peintre Philippe Vandenberg se suicidait dans son atelier de Molenbeek. Il avait cinquante-sept ans et une longue carrière derrière lui, en dents de scie. Il laissait une œuvre foisonnante et énorme, et trois enfants adultes : Hélène, Guillaume et Mo. Il leur avait laissé un message : "À mes enfants que j’aimais tant, je n’en peux plus de la solitude."
Son fils Guillaume Vandenberghe, cinéaste, revient dans l’atelier, espace de travail devenu scène de drame et filme les traces laissées par le peintre, par l’homme, par le père. Errant d’objets en objets, comme un fantôme, il nous fait pénétrer dans cet univers sombre et provocant, dans les dernières heures d’un homme face à ses douleurs et ses couleurs.

Philippe Vandenberg 1952-2009Belgique
Jeune, Philippe Vandenberg est marqué par la découverte des œuvres de Jérôme Bosch et Gustave van de Woestijne. Ses premières peintures témoignent d’une grande technique avec des portraits proches de Lucian Freud. Dans les années 1980, le peintre connait une certaine notoriété avec ses grands tableaux expressionnistes et presque maniéristes, où plane l’ombre de Goya. Mais sa cote retombe et il en est fort affecté. Alors, il ne cesse d’expérimenter : le noir, le monochrome, la peinture avec son sang, il va et vient entre l’abstraction et la figuration, fait entrer des textes sous forme d’aphorismes. Philippe Vandenberg est consacré par une rétrospective au Muhka, une exposition au musée Rimbaud et une autre à Gand en confrontation avec les maîtres anciens.
Guillaume Vandenberghe °1978Belgique
D'abord caméraman, Guillaume Vandenberghe travaille pour son premier projet personnel sur l'œuvre de son père peintre. Le film 'La Lettre au Nègre' est sélectionné au FIFA (Montréal), et sera suivi de deux autres opus qui formeront une trilogie. Il est également le réalisateur du film 'Rien n'est pardonné' (2017), un portrait de Zineb El Rhazoui.
Raphaël Kolacz °1976Belgique
Cinéaste, Raphaël Kolacz travaille avec Guillaume Vandenberghe. Il crée ensemble Les frères Zarakoff et vont coréalisé la trilogie consacrée au peintre Philippe Vandenberg.
Rent Les trois lettres – L’âme est vagabonde using the form