New York 1943

Artistes évoqués :
Piet MondrianJackson PollockMark RothkoPeggy Guggenheim

New York 1943

  • 55'
  • 2004
  • VF
Réalisation : Jean-Loïc Portron

Image : Jean-Loïc Portron | Montage : Fabienne Alvarez-Giro | Musique : Jean Mallet | Commentaire : Jean-Pierre Cassel | Production : Palette Production, Arte France | Pays : France

  • 55'
  • 2004
  • VF

Résumé

New York 1943' mêle images d’archives, bande son, extraits de films d’époque pour raconter, à travers une ville à la croisée des chemins et de l’histoire du monde, un moment de l’histoire de l’art américain où la modernité va particulièrement s'incarner dans la figure et la peinture de Jackson Pollock.

Avis

À la fin des années 1930, Paris l’arrogante regarde avec condescendance les artistes new-yorkais. Mais l’apparition d’une nouvelle génération de peintres américains et le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale vont propulser New York sur le devant de la scène artistique quand de nombreux Européens viennent y trouver refuge. En 1942, Peggy Guggenheim ouvre une galerie où se rencontrent Européens exilés et jeunes artistes américains. Jean-Loïc Portron s’arrête ainsi longuement sur Piet Mondrian, qui, sous le charme de la cité américaine, délaisse la recherche de l’austérité pour tenter de capter l’énergie de la ville.
En cette année 1943, la ville bouillonne de courants aussi riches et divers que le surréalisme, l’abstraction, le bebop... Au croisement d’une double influence, entre le désir d’affirmer un art propre au continent et à ses préoccupations, mais aussi prêt à rivaliser avec les peintres parisiens, ouverts aux influences européennes, Jackson Pollock va incarner celui par qui la modernité arrive à la peinture américaine. Portron s’emploie à suivre son parcours et sa destinée tragique. Il tisse les fils qui conduisent jusqu’à lui, ses errances dans les États-Unis, ses influences, ses rencontres artistiques à New York, ses méthodes nouvelles, ses essais et ses tentatives. Ainsi, il évoque et ébauche l’histoire de la modernité de la peinture américaine, convoquant notamment Mark Rothko. Avec beaucoup d’agilité - et d'humour dans sa manière d'illustrer ses commentaires - Jean-Loïc Portron réussit à conter l’émergence de la modernité dans la peinture américaine.

Jean-Loïc Portron France
Passionné d’histoire, Jean-Loïc Portron poursuit ses études à l’Université de Nanterre où il rencontre Jean Rouch. Il participe avec lui à la création des Ateliers Varan. Il fait ses classes documentaires à la télévision et rejoint Arte où il contribue aux séries Paysages, Voyages, voyages, Les arts du mythe, et réalise plusieurs épisodes pour Le dessous des cartes. 'New York, 1943' est l’un des six épisodes de la collection Les foyers de création (dirigée par Michel Laclotte) et qui explore les liens entre l’histoire et l’histoire de l’art à partir des bouleversements d’une ville à une époque charnière. En 2014, Portron coréalise avec Gabriella Kessler le portrait d’une ville américaine sinistrée : 'Braddock America' est son premier long-métrage pour le cinéma après plus d’une cinquantaine de films pour la télévision.
Rent New York 1943 using the form