Peinture et cinéma – Peter Greenaway

Artiste : Peter Greenaway

Peinture et cinéma – Peter Greenaway

  • 19'
  • 1990
  • VO EN stFR
Réalisation : Philippe Pilard

Scénario : Philippe Pilard, Peter Greenaway | Image : Michel Dumond | Son : Pascal Leblond | Montage : Sandrine Muller | Musique : Michael Nyman, Glenn Branca | Production : FR3 Océaniques (émission Océaniques des idées, des œuvres et des hommes) | Pays : France

  • 19'
  • 1990
  • VO EN stFR

Résumé

Cinéaste reconnu, Peter Greenaway s'est pourtant toujours passionné pour la peinture. Il expose ici avec générosité les points de convergence et les différences entre peinture et cinéma.

Avis

Une émission de télévision qui répond bien à la thématique annoncée peinture/cinéma, Peter Greenaway ayant traversé la première, la peinture, pour devenir célèbre dans la seconde, le cinéma. C’est son discours, intelligent et précis, qui fait tout l’intérêt du film. Il y aborde les points de convergence et de différence entre ces deux disciplines. Les milliers de toiles qui ont été peintes sont pour lui une mémoire collective où les artistes qui l’ont précédé ont trouvé des solutions aux questions que le cinéaste qu’il est devenu se pose. Il puise dans cet abondant réservoir de représentations et c’est toujours d’une image ou d’un questionnement plastique que naissent ses histoires. 'Meurtre dans un jardin anglais' s’inspire d’une manière générale des paysages anglais et plus particulièrement de l’étrange construction de Chiswick House. 'Le ventre de l’architecte' vient de sa consternation devant la reconstruction de certains quartiers de Londres. Cette passionnante réflexion est illustrée par les œuvres plastiques de Greenaway, des promenades dans les lieux qui l’inspirent. Des plages musicales composées par son musicien favori, Michael Nyman, lui permettent de citer son panthéon personnel : Piranèse, Diego Vélasquez...

Peter Greenaway °1942Royaume-Uni
Cinéaste anglais, Peter Greenaway vient de la peinture mais également du cinéma expérimental, à l’image de son premier long métrage 'The Falls' qui est faux documentaire d’anticipation constitué de fragments. Le succès mondial de 'Meurtre dans un jardin anglais' le fait connaître des cinéphiles, suivi par 'Drowning by numbers', 'Le ventre de l’architecte' ou 'The pillow book'. Ses films font preuve d’un esprit caustique, voire cynique, d’une grande maîtrise des références culturelles, d’un penchant mathématique pour la fiction théorème et la narration-démonstration. Brillants, parfois irritants, ils s’inscrivent dans le courant post-moderne et, de plus en plus, s’appuient sur un certain esprit baroque. Peter Greenaway est également auteur de romans et d'installations vidéo.
Philippe Pilard °1937France
Avant tout critique de cinéma, Philippe Pilard est un spécialiste du cinéma britannique et il collabore notamment à La Revue du cinéma et Bref. Il copréside la Société des réalisateurs de films de 1981 à 1983 et participe à la fondation de l'Agence du court-métrage (1983). Ses courts-métrages 'Juliette ?' et '350' ont été présentés au Festival de Cannes en 1973 et 1975.
Rent Peinture et cinéma – Peter Greenaway using the form