Sophie Calle – Sans titre

Artiste : Sophie Calle

Sophie Calle – Sans titre

  • 52'
  • 2012
  • VF
Réalisation : Victoria Clay Mendoza

Scénario : Sophie Calle, Victoria Clay Mendoza | Image : Victoria Clay Mendoza | Musique : Stéphane Eicher | Production : Folamour | Pays : France

  • 52'
  • 2012
  • VF

Résumé

Un film en forme de jeu de piste sur l'artiste française Sophie Calle, qui a fait de sa vie le thème principal de son œuvre, et ce depuis plus de trente ans. Si l'on croyait tout savoir, le film nous amène encore ailleurs.

Avis

Doit-on encore présenter l’artiste française Sophie Calle qui, depuis plus de trente ans, a fait de sa vie personnelle le thème essentiel de son œuvre. De telle sorte qu’il nous semble la connaître réellement. Et si Sophie Calle était autre que celle que nous avions imaginée ? Victoria Clay Mendoza, réalisatrice et amie, pénètre seule dans l’atelier de la plasticienne. Elle est guidée par une lettre lue à voix haute par Sophie Calle elle-même (qui d’autre ?) et qui l’autorise à se servir de tout ce matériel accumulé depuis des années : films, photos, lettres, documents, objets... autant de traces de son existence et de son œuvre. Sur cette idée de film en forme de jeu de piste caractéristique du travail de l’artiste, nous sommes pris dans ses filatures d’inconnus, l’accompagnons pour une nuit blanche au sommet de la Tour Eiffel et à Las Vegas pour un mariage pour le moins hasardeux. Au centre de ce portrait en creux qui semble léger et ludique, une ombre pèse pourtant, celle de la mort, la mort des autres, la mort aux autres avec laquelle on voudrait jouer aussi pour qu’elle ne fasse plus aussi peur.

Sophie Calle °1953France
Après avoir été activiste politique, Sophie Calle voyage de par le monde pendant sept ans et rentre finalement en France, paumée et sans projets. Elle décide alors d’inviter inconnus et connaissances à dormir et discuter dans son lit, occupé en permanence. Elle photographie les dormeurs et note consciencieusement tous les détails possibles de ces brèves rencontres. Ce travail, intitulé ‘Les Dormeurs’, retient l'attention du critique Bernard Lamarche-Vadel qui l'invite à la Biennale de Paris en 1980. L’année suivante, Sophie Calle s’installe dans une usine désaffectée à Malakoff avec les artistes Christian Boltanski et Annette Messager. Son travail à l’esprit provocateur consiste à faire de sa vie une œuvre, à travers tous les supports possibles.
Victoria Clay Mendoza France
Née à Paris, Victoria Clay Mendoza grandit à Mexico. Elle poursuit des études de cinéma à la Tisch School de la New York University. Photographe, photojournaliste et assistante à la réalisation, elle écrit et réalise des portraits d’artistes dont ceux sur Barbet Schroeder et Sophie Calle.
Rent Sophie Calle – Sans titre using the form