Le cristal et la fumée

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Arnaud de Mezamat et Nora Philippe (2010, 60′)

La sil­houette du peintre James Ensor hante tou­jours la digue d’Ostende. Ce per­son­nage inclas­sable a éla­bo­ré entre le 19e et le 20e siècle un art d’avant-garde où cou­leurs et motifs sai­sissent le car­na­val du monde. Le film par­coure son art et ses expé­ri­men­ta­tions, au plus près des œuvres de l’artiste.

Le cristal et la fumée

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Serge Steyer et Stéphane Manchematin (2014, 52′)
Portrait sen­sible du plas­ti­cien Patrick Neu qui déve­loppe, depuis plus de trente ans, un tra­vail avec des matières fra­giles : ailes d’abeilles et de papillons, suie, cris­tal, cire, mues de ser­pent, coquilles d’œufs…

BILL VIOLA, EXPÉRIENCE DE L’INFINI

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Jean-Paul Fargier (2013, 52′)

Pionnier de l’art vidéo, Bill Viola ne cesse de repous­ser les limites du réel et de nos per­cep­tions. Vie, mort, trans­cen­dance, temps, espace sont les ques­tions qu’il a choi­si de sou­le­ver au tra­vers d’un médium sans cesse réin­ven­té. Ce film nous per­met de com­prendre le che­mi­ne­ment spi­ri­tuel, la quête artis­tique et l’expérimentation tech­no­lo­gique de celui que l’on pré­sente comme un « sculp­teur de temps ».

Daniel Buren

Un film de Camille Guichard (2000, 52′)

Autour d’un long entre­tien entre le sculp­teur Daniel Buren et le cri­tique d’art Guy Tortosa et de leur déam­bu­la­tion dans les expo­si­tions de l’ar­tiste, Camille Guichard revient éclai­rer les démarches mili­tantes d’un artiste célèbre mais fina­le­ment plu­tôt méconnu.

 

Contacts – Christian Boltanski & La danse des ombres

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Contacts – Christian Boltanski, Alain Fleischer (2002, 13′)

Contacts est une série sur les pho­to­graphes. Cet épi­sode est consa­cré au tra­vail de Christian Boltanski. Ses pho­tos per­mettent de péné­trer l’u­ni­vers de l’ar­tiste, un uni­vers mar­qué par la mort, le temps, la mémoire et l’anonymat.

La danse des ombres, un film de Simone Mohr (1989, 46′)

Portrait lumi­neux d’un artiste à l’u­ni­vers sombre, Christian Boltanski, deve­nu une figure incon­tour­nable de l’art contemporain.

De larges détails : sur les traces de Francis Alÿs

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Julien Devaux (2005, 55′)

Un por­trait de Francis Alÿs réa­li­sé par celui qui filme habi­tuel­le­ment ses per­for­mances. Julien Devaux nous plonge dans l’a­te­lier, les recherches et les ins­tal­la­tions de l’ar­tiste belge contemporain.

Conz, l’ultimo collezionista

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Roberto Delvoi (2021, 59′)

L’histoire de l’une des figures les plus contro­ver­sées de l’his­toire de la col­lec­tion d’art, dont le nom conti­nue de sus­ci­ter débats et controverses.

 

Le siècle de Simenon

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film de Pierre Assouline (2013, 52′)

Après Le Siècle de Cartier-Bresson, Pierre Assouline retrace Le Siècle de Simenon. À tra­vers le regard et la parole de l’homme aux 400 livres et aux 10 000 femmes, créa­teur du com­mis­saire Maigret, le film dit tout de sa vision de la lit­té­ra­ture, des femmes, de la jus­tice, du crime, de la poli­tique et du monde des petites gens dont il était issu.

 

Hergé à l’ombre de Tintin

Sorry, this entry is only avai­lable in French.

Un film d’Hugues Nancy (2016, 81′)

Par une immer­sion dans l’univers de Tintin et une décons­truc­tion du pro­ces­sus créa­tif du des­si­na­teur belge, ce film de Hugues Nancy, pro­duit à l’occasion de l’exposition Hergé au Grand Palais à Paris, retrace tout le par­cours de Georges Remi, dit Hergé. Dans cha­cune des périodes de la vie d’Hergé, depuis son impli­ca­tion dans le mou­ve­ment scout lorsqu’il était jeune jusqu’à sa fas­ci­na­tion pour l’art contem­po­rain qu’il entre­tien­dra long­temps, Tintin n’est jamais bien loin. Les archives et témoi­gnages per­mettent d’appréhender le phé­no­mène Tintin, qui a fini par dépas­ser son créa­teur. On découvre un homme sur­doué et achar­né qui, à la fin de sa vie, se des­si­nait en pri­son­nier, enchaî­né à sa table à dessin.