Calder, sculpteur de l’air

Calder, sculpteur de l’air

  • 52'
  • 2009
  • VF
Réalisation : François Levy-Kuentz

Scénario : Stephan Lévy-Kuentz, François Lévy-Kuentz | Image : Olivier Raffret | Montage : Nicolas Serres | Musique : Louis Sclavis | Producteur : Bruno Nahon | Production : Zadig Productions, Centre Georges Pompidou, France 5 | Distribution : Zadig Productions | Pays : France

  • 52'
  • 2009
  • VF

Résumé

Dans un film à la première personne, Alexandre Calder se met en scène, raconte sa vie, et explique son travail.

Avis

Le réalisateur François Lévy-Kuentz a un goût prononcé pour l'art moderne et les figures mythiques qui l'ont construit. Il le prouve, une fois encore, avec le portrait de celui que les critiques surnommaient "le Daumier du fil de fer", Alexandre Calder. Le film explore les différentes facettes de cet artiste qui n’a jamais cessé de ciseler, tordre, assembler et peindre. Il met en évidence l’aspect précurseur de cette œuvre et tente d’en dégager les thèmes récurrents. Calder se met en scène, raconte sa vie, explique son travail, et la personnalité chaleureuse du sculpteur entraîne une adhésion immédiate pour l’homme et son œuvre. L’écriture cinématographique met en évidence l’évolution de son travail, des figurines du cirque aux stabiles en passant par les portraits et les mobiles, et fait de ce film, un véritable spectacle en mouvement.

Alexander Calder 1898-1976États-Unis
Après avoir étudié l’ingénierie mécanique, Alexander Calder suit des cours à l’Art Students League de New York, avant de séjourner à Paris (1925). Il commence à travailler sur un projet qui l’occupe plusieurs années : le 'Cirque de Calder', un ensemble de personnages en fil de fer qu’il anime au cours de spectacles. Son intérêt pour l’abstraction l’amène à rejoindre le groupe Abstraction-Création en 1931. Calder crée des sculptures abstraites composées de tiges et de plaques noires et colorées qui se meuvent poétiquement grâce à l’air ou un moteur. Marcel Duchamp les appelle mobiles. Puis il imagine des sculptures en acier ancrées au sol, auxquelles Jean Arp donne le nom de stabiles. Ses créations prennent des dimensions plus imposantes et valent à Calder de nombreuses commandes publiques et le prix de la sculpture de la Biennale de Venise en 1952
François Levy-Kuentz °1960France
Après des études de cinéma à Paris 3, François Lévy-Kuentz travaille comme assistant réalisateur auprès de Marcel Bluwal, Claude Chabrol, Christian de Chalonge et Victor Vicas. Il signe son premier film sur l’art en 1989 avec 'Man Ray, 2bis rue Férou' et inaugure une passion qu’il continue de développer dans la plupart de ses réalisations. Il réalise une cinquantaine de formats courts sur des peintres, des photographes pour divers magazines de France Télévisions. Citons 'Chagall, à la Russie aux ânes et aux autres' (2003), 'Yves Klein, la révolution bleue' (2006), 'Calder sculpteur de l’air' (2009) et 'Salvador Dali, génie Tragi-comique' (2012).
Rent Calder, sculpteur de l’air using the form