Honoré Daumier, il faut être de son temps

Artiste : Honoré Daumier

Honoré Daumier, il faut être de son temps

  • 52'
  • 1998
  • VF
Réalisation : Judith Wechsler

Scénario : Judith Wechsler | Musique : John Macdonald | Image : Ned Burgess | Son : Yves Laisné | Banc titre : Antoine Grossin, Karin Jourdain, Loic Adam | Montage : Robert Todd | Production : Les Films d’Ici, Paris Première, Réunion des Musées Nationaux

  • 52'
  • 1998
  • VF

Résumé

Un film sur Honoré Daumier, sculpteur, peintre, caricaturiste et graveur. À ce parcours biographique s’ajoutent les commentaires de trois dessinateurs politiques qui disent le rôle du caricaturiste dans la vie politique.

Avis

Un film sur Honoré Daumier, à la fois sculpteur, peintre, caricaturiste et graveur. Un film sur son histoire aussi. À ce parcours, s’ajoute en parallèle le "ici et maintenant" : trois dessinateurs politiques - Plantu, Tim et Edward Koren - viennent parler de lui, de leur admiration, mais aussi du rôle du caricaturiste dans la presse à leur époque (les années 1990). La modernité du regard de l'artiste est ici mise en évidence : ce qu’il a croqué à l’Assemblée nationale il y a un siècle, ressemble furieusement à ce qui s’y passe aujourd’hui. Toute l’histoire agitée du 19e en France est également convoquée avec la Restauration, Louis-Philippe, les deux Révolutions (1830 et 1848), le Second Empire, la Commune, la République. Le commentaire nous conduit dans toute cette masse d’événements, laissant parfois la parole aux mots écrits par Charles Baudelaire qui a très bien perçu l’importance du caricaturiste. L’image explore une œuvre éblouissante de virtuosité et de férocité. Elle crée, avant la photographie et ses clichés iconiques, des représentations qui synthétisent un personnage ou une tragédie : la poire pour Louis-Philippe et le cadavre allongé pour le massacre de la rue Transnonain. Daumier a toujours été un républicain, un homme de gauche, et, aujourd'hui encore, la violence de son regard et la cruauté de ses croquis étonnent. Il propose un véritable jeu de massacre où les ministres, les politiciens, les hommes de loi et les bourgeois dégringolent en rangs serrés, tués par son trait de plume meurtrier.

Honoré Daumier 1808-1879France
C’est en 1923 qu'Honoré Daumier fait ses premières lithographies pour l’éditeur parisien Belliard. Il se met à la caricature politique en 1830 avec des planches publiées dans La Caricature. Les esquisses de Daumier prennent la forme de bustes modelés en terre crue colorée, dont trente-six sont conservés au musée d’Orsay. Sa caricature de Louis-Philippe en Gargantua lui vaut une amende et une peine de prison, avant que la loi sur la censure de la presse n'entraine la fermeture de son journal en 1935. Si Daumier ne dessine plus les politiques, il caricature les bourgeois, les magistrats… Plus tard, il quitte Paris, se met à la peinture réaliste mais perd progressivement la vue. Daumier est l’un des premiers artistes a avoir commenté la vie politique et sociale en France et dénoncé le sort des personnes opprimées.
Judith Wechsler °1940France
Professeure d'histoire de l'art, spécialiste de la peinture, de la gravure et de la caricature françaises du 19e siècle, Judith Wechsler a enseigné à la Tufts University Arts, Sciences and Engineering (Medford), à l'Université Paris X et à l'École Normale Supérieure. Elle a réalisé vingt-huit films sur l'art.
Rent Honoré Daumier, il faut être de son temps using the form