Jean Degottex, peintre

Artiste : Jean Degottex

Jean Degottex, peintre

  • 26'
  • 1992
  • VF
Réalisation : Michelle Porte

Image : Daniel Leternier, Catherine Georges | Son : Michel Vionet | Conformation : Christian Bahier | Mixage : Nicolas Joly | Musique : extraits de 'Sonates et interludes' (John Cage) | Extraits de films : 'Degottex hors les murs' (Daniel Païni), 'Degottex 1987' (Yves Delisle) | Coproduction : Salto Production, Centre Georges Pompidou, Musée national d’art moderne | Pays : France

  • 26'
  • 1992
  • VF

Résumé

Trois ans après la mort du peintre de l'abstraction lyrique Jean Degottex, le film revient sur ses lieux de travail et d’inspiration.

Avis

Trois ans après sa mort, un pèlerinage sur les lieux de travail et d’inspiration de Jean Degottex : Gorde, la Bretagne, Paris, avec pour guide privilégié sa femme Renée Beslon qui parle de lui avec rigueur et respect, sans aucune tentation anecdotique. Ses souvenirs sont relayés par ceux de José Alvarez et Maurice Benhamou, critiques d’art et ceux des galeristes Christine Germain et Catherine Thieck. L’évolution des recherches de Jean Degottex, parties du signe en passant par l’écriture pour arriver à la ligne, est montrée par une caméra qui parcourt les œuvres en lent panoramique. Là, Michelle Porte fait preuve à la fois de sensibilité et de simplicité. Le rythme des plans, la dynamique du montage qui fait alterner les plans fixes des témoignages aux mouvements de la caméra qui voyage sur les toiles, les papiers, les sculptures ou les paysages sont fidèles à l’esprit de l’artiste et de son œuvre. Quelques photographies et extraits de films montrent l’homme au travail. Tout le film est baigné par une lumière hivernale, celle des paysages enneigés d’une Provence saisie par le froid qui est en sympathie avec les couleurs, les bois et les pierres qu’affectionnait l’artiste.

Jean Degottex 1918-1988France
Chef de file de l’abstraction lyrique, Jean Degottex se consacre à la peinture en autodidacte et s’engage dans des recherches non-figuratives, qui lui valent le prix Kandinsky en 1951. Tournée vers l’abstraction, c’est une peinture du geste qui se déploie, confondant en un signe l’expression de ses émotions à la vérité de l’objet observé. Il découvre la pensée orientale et intègre les notions essentielles du zen dans son travail. La lenteur méditative suscite la fulgurance du geste, opposant à l’espace et le temps l’urgence et la patience. Son œuvre foisonnante s’épanouit sur toile, papier ou bois, à l’encre ou à l’acrylique, parfois calligraphique et toujours à la recherche d’une liberté du geste.
Michelle Porte France
Formée par le groupe Recherche Image du Service de la Recherche de l’ORTF, Michelle Porte débute dans le cinéma en tant qu’assistante. Proche de Marguerite Duras, elle réalise des documentaires sur sa vie et son œuvre. Elle publie même deux livres avec elle dans les années 1970. Depuis, elle se consacre à la réalisation de documentaires consacrés à des figures historiques, des peintres, des auteurs et autrices. Elle collabore régulièrement avec le Centre Georges Pompidou, le Musée d’Orsay et l’INA.
Rent Jean Degottex, peintre using the form