Lucian Freud

Artiste : Lucian Freud

Lucian Freud

  • 26'
  • 2008
  • VF

Commentaire : Hector Obalk | Son : Pierre-Antoine Coutant | Images : Pierre Novion | Montage : Hector Obalk, Pierre Haberer | Musiques : Suites 1,2,3 et 4 (J.S. Bach) | Production : Esthonews, Arte | Pays : France

  • 26'
  • 2008
  • VF

Résumé

Le critique d'art Hector Obalk se lance avec son enthousiasme légendaire dans une analyse de l’œuvre de Lucian Freud par l’entremise d’une seule et même question picturale : le rendu de la peau.

Avis

Le film aborde l’œuvre de Lucian Freud par l’entremise d’une seule et même question picturale : la peau, telle que Freud l’a peinte au fil des ans. Ce point de vue simple, qui pourrait sembler presque anecdotique, s’avère en fait magistral puisqu’il se centre sur l’essentiel de la peinture de Freud, portraitiste avant tout obsédé de lumière et de chair. Composé de nombreux tableaux, de gros plans, le film va et vient dans les toiles qu’il parcourt chronologiquement et sur lesquelles il revient sans cesse pour en faire sentir l’évolution au fil des analyses techniques (l’usage de la brosse dure, l’introduction de l’oxyde de plomb dans les pigments), des commentaires historiques ou des appréciations esthétiques. Il nous balade dans les musées, nous apprenant peu à peu à regarder les toiles d’un œil neuf, au fil de l’accumulation du savoir qu’il nous donne. Sur cette question picturale très simple, mais très riche, Hector Obalk ajoute une mise en scène toute aussi limpide. Il se met en scène, se montrant en train de filmer les tableaux, de parcourir les musées, livrant ses plaisirs, ses interrogations et s’adressant directement à la caméra. Avec beaucoup de liberté et d’humour, il raconte sa quête, suspend ses interrogations, juge ou nous prend à parti. Une façon de questionner sa propre place de critique d’art et d’instaurer une complicité. Jamais positionné à partir de l’autorité d’un savoir à asséner, Obalk expose le lieu à partir duquel il prend la parole dans son film, celui de la curiosité et de ses interrogations. Il transmet plus que des connaissances sur une œuvre ou une passion pour la peinture, il déplie l’acte même de voir. En ce sens, sa démarche est brillamment pédagogique, elle ne consiste pas à enseigner un savoir mais bien plutôt une manière de regarder. C’est alors que le documentaire d’art est si passionnant, quand il se fait le récit d’un regard.

Lucian Freud 1934-2011Royaume-Uni
Petit-fils de Sigmund Freud, Lucian Freud naît à Berlin avant que sa famille ne s’exile à Londres avec la montée de l’antisémitisme. Il étudie la peinture au Goldsmiths College et commence, très jeune, à exposer. D’abord influencé par les surréalistes, son travail évolue vers les portraits et les nus, dont l’approche brutale et réaliste le rapproche de Francis Bacon ou Erich Auerbach. Avec eux, entre autres, il forme la School of London. Sa troisième période le libère plus encore des formes pour marquer sur les corps, les visages ou les lieux, une nudité crue au bord de la déformation. La renommée internationale Lucian Freud ira en grandissant jusqu’aux années 1990, où ses grands nus provocateurs et sans complaisance marquent l’apogée de son œuvre.
Hector Obalk °1960France
Auteur et réalisateur de la collection Grand’Art pour Arte France, qui se veut un parcours de toute l’histoire de l’art, Hector Obalk est historien d’art et écrivain dont la position se revendique généraliste et vulgarisatrice. Il a ainsi réalisé plus de deux cent cinquante petits films, il participe à de nombreuses émissions de télévisions, écrit régulièrement dans des journaux. Auteur de nombreux essais sur l’art moderne et contemporain, il est spécialiste de l’histoire de la typographie et de Marcel Duchamp, dont il a édité la correspondance. Par ses diverses formations aux métiers du graphisme et du cinéma, du fait de son approche résolument transversale des domaines de l’art et de la culture, Obalk mêle à ses productions aux contenus pointus des approches humoristiques et une fantaisie qui lui ont permis de se faire connaître du grand public.
Éric Rochant °1961France
Diplômé de l'IDHEC, Éric Rochant est réalisateur et scénariste. En 1987, il se fait remarquer avec le court-métrage 'Présence féminine', et passe au long-métrage avec 'Un monde sans pitié'. En 2001, il réalise le documentaire 'Traders', qui met en scène l'affaire Clearstream.
Rent Lucian Freud using the form