Lumière

Lumière

  • 52'
  • 1995
  • VF
Réalisation : André S. Labarthe

Conception : André S. Labarthe, Jean-Marie Chapouille | Montage : Danièle Anezin, Denise Arachequesne | Commentaire : André S. Labarthe | Voix : Fanny Ardant, André Dussolier | Composition sonore : Mme Miniature | Mixage : Philippe Kursawa | Production : Jean-Marie Barbe, Chantal Perrin, Ardèche Images, Planète Câble | Restauration des films : Archives du film, CNC | Pays : France

  • 52'
  • 1995
  • VF

Résumé

André S. Labarthe, cinéaste et critique de cinéma, s'empare des archives et des films tournés par les frères Lumière pour saisir les premiers pas du cinéma de même que les premières questions de mise en scène.

Avis

Le centenaire du cinéma a amené des célébrations multiples, expositions, livres, films. Parmi eux 'Lumière'. Le titre, déjà, choisit et oriente : il ne s’agit pas de raconter la vie des frères Lumière et l’invention passionnante du cinématographe, mais bien de parler de cinéma en faisant une sélection de leur production de vues dans le catalogue de la maison Lumière. Avec, évidemment, le premier film de l’histoire du Septième Art 'La sortie d’usine' dans ses deux versions et 'Entrée d’un train en gare de la Ciotat'. S’il nous est difficilement possible de comprendre la stupéfaction du public de 1895 devant les photographies qui bougent, André S. Labarthe nous fait participer à une autre émotion, celle de l’invention spontanée et naïve de ce qui allait être un langage. Devant le succès de leur merveilleuse machine, les frères Lumière enverront dans le monde entier des opérateurs qui vont, en reporters archaïques, regarder ce qui se passe et filmer. Tout y passe : des fêtes officielles (le Couronnement du tsar Nicolas II) aux voyages (ils iront partout, passant du sphinx à une cérémonie du thé à Tokyo), des défilés militaires aux scènes maritimes ou de la vie quotidienne. Mais cette captation de la réalité ne va pas exclure les scènes de genre, les historiettes comiques, le fameux 'Arroseur arrosé', les reconstitutions historiques ou bibliques, soit l’apparition de la fiction. C’est en partant de cette production que le réalisateur va structurer son film en trois chapitres : l’espace, le temps et le hasard. Le texte est moins un commentaire qu’un guide du regard parfaitement éclairant. Il permet de comprendre les balbutiements de la mise en scène au cinéma. Labarthe a opté pour une version sonorisée de ces films muets : on entend les bruits d’ambiance, les pas des chevaux, les brouhahas de la foule, les chansons d’enfants...

Auguste Lumière 1862-1954France
À même pas vingt ans, Louis Lumière met au point les plaques au gélatino-bromure d’argent aux fameuses étiquettes bleues, qui feront le succès de l’entreprise familiale. Les frères continuent les recherches pour améliorer la technique photographique et signent leurs trouvailles ensemble. Observant le kinétoscope de Thomas Edison, qui ne permet qu’une vision individuelle, ils s’intéressent à la projection d’images animées et finissent par mettre au point ce qu’ils baptisent 'le cinématographe'. Le 28 décembre 1895, un train traverse l’écran sous les yeux médusés des spectateurs. Le retentissement est immense – c’est la naissance du cinéma. Les opérateurs des Lumière sillonnent alors le monde entier et en ramènent des vues, matrices fondamentales du cinéma.
Louis Lumière 1864-1948France
À même pas vingt ans, Louis Lumière met au point les plaques au gélatino-bromure d’argent aux fameuses étiquettes bleues, qui feront le succès de l’entreprise familiale. Les frères continuent les recherches pour améliorer la technique photographique et signent leurs trouvailles ensemble. Observant le kinétoscope de Thomas Edison, qui ne permet qu’une vision individuelle, ils s’intéressent à la projection d’images animées et finissent par mettre au point ce qu’ils baptisent 'le cinématographe'. Le 28 décembre 1895, un train traverse l’écran sous les yeux médusés des spectateurs. Le retentissement est immense – c’est la naissance du cinéma. Les opérateurs des Lumière sillonnent alors le monde entier et en ramènent des vues, matrices fondamentales du cinéma.
André S. Labarthe 1931-2018France
Cinéaste et réalisateur de télévision, André S. Labarthe est, avant tout, un homme de culture aux intérêts multiples. Il écrit sur la science-fiction, fonde une revue de cinéma L’écran, participe aux émissions Plaisir du théâtre et Cinéma, cinémas. En 1968, il coréalise, avec Jean-Louis Comolli, 'Les deux Marseillaises'. Il s’est surtout attaché à faire des portraits dans la série devenue culte : Cinéastes de notre temps. Il a réalisé de nombreux films sur les artistes dont 'Rauschenberg, fragment d’un portrait' (1970), 'Kandinsky entre aperçu' (1985) ou 'L’impressionnisme'.
Rent Lumière using the form