Pegasus

  • 8'
  • 1973
  • Sans paroles
Réalisation : Raoul Servais

Scénario: Raoul Servais | Animation: Willy Verschelde | Décors: Norbert Desyn | Musique: Lucien Goethals | Production: Absolon Films/Anagram | Pays : Belgique

  • 8'
  • 1973
  • Sans paroles

Résumé

Une fable philosophique sur la société qui laisse, sans aucun état d'âme, les êtres humains devenus inutiles au bord du chemin.

Avis

Dans une ferme isolée dans un champ aux couleurs orangées, vit un maréchal-ferrant. Dépassé par l'évolution d'une société qui n’a plus besoin de ses services, il commence à sculpter une tête de cheval dans le fer. Tout d'abord protégé par ce masque en métal qui le sépare du monde extérieur, le vieil homme commence pourtant à transformer cette tête en idole. Mais à force de conviction la tête grandit, s’impose, jusqu’à envahir tout l'espace.
Cette fable philosophique dans laquelle un homme à la recherche de sens ne fait que se perdre est clairement influencé par l’expressionnisme flamand des années 1920-1930 dont faisaient partie Constant Permeke, Frits Van den Berghe et Gustave de Smet.

Raoul Servais °1928Belgique
À l'Académie des Beaux-Arts de Gand où il fait ses études, Raoul Servais reviendra plus tard en tant que professeur et créera un département de cinéma d’animation d’une renommée internationale. D’abord peintre et graphiste, il se lance dans l’animation. Son premier film en 1957 'Lumières du port' attire immédiatement l’attention par sa grande originalité. À partir de ce moment, il ne cesse plus de réaliser des courts-métrages qui gagnent de multiples récompenses à Venise, à Cannes où il obtient la Palme d’Or avec 'Harpya'. Il consacre les années 1980 à la réalisation d’un long-métrage 'Taxandria', film pour lequel il utilise l’univers graphique de François Schuiten.
Rent Pegasus using the form