Dans l’atelier de Mondrian

Artiste : Piet Mondrian

Dans l’atelier de Mondrian

  • 52'
  • 2010
  • VF
Réalisation : François Levy-Kuentz

Scénario : Stéphane Lévy-Kuentz, François Lévy-Kuentz | Avec : Bob Kauffman | Voix : Michel Aumont, Christophe Malavoy | Images : René Heijnen | Montage : Stéphane Huter | Illustration sonore : Serge Kochyne, Jérôme Sarfati | Musique originale : Martin Wheeler | Production : CINETEVE, Centre Georges Pompidou, EMS Films, Ina, Arte | Pays : France

  • 52'
  • 2010
  • VF

Résumé

En reconstituant, à l'identique, l'atelier de Piet Mondrian à Paris en 1926, le film met en scène visuellement la philosophie du peintre hollandais, ses obsessions et donne à éprouver sa quête esthétique qui conduira à l'abstraction géométrique.

Avis

Costume strict, lunettes rondes, coupe de cheveux impeccable, Piet Mondrian est loin de l’image du peintre bohème de ces années parisiennes folles, denses et frivoles dans lesquelles il évolue. Ce Hollandais exilé à Paris en 1926 s’installe dans un atelier qui va devenir une œuvre radicale et minimaliste. À l’image de ses toiles, cet atelier situé rue du Départ, dans le quartier Montparnasse, prend des allures de tableau en trois dimensions dans lequel il expérimente formes et couleurs : lignes droites et orthogonales, utilisation des trois couleurs primaires... Une façon de vivre à l’intérieur même de sa peinture. Rigoureux et solitaire, il y passe le plus clair de son temps, à travailler et écouter du jazz qu’il danse à sa façon : carrée. Tourné dans une réplique exacte de cet atelier parisien, François Lévy-Kuentz ose le documentaire-fiction sans jamais tomber dans l’écueil de ce genre particulier. Au contraire, le lieu reconstitué et le comédien qui donne vie au célèbre peintre, nous font intimement pénétrer ce caractère austère et opiniâtre. 'Dans l’Atelier de Mondrian' réincarne véritablement l’artiste et dessine avec justesse et profondeur sa trajectoire intellectuelle qui aboutit à l’abstraction géométrique comme nécessité philosophique. Incompris la majeure partie de sa vie, c’est à New York qu’il connaîtra enfin la reconnaissance, à l’âge vénérable de 70 ans, deux ans avant sa mort.

Piet Mondrian 1872-1944Pays-Bas
À vingt ans, Piet Mondrian s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts d’Amsterdam, où ses peintures évoluent vers une forme proche du fauvisme et du divisionnisme. Très vite, il remplace la couleur naturelle par la couleur pure. Son goût prononcé pour la structure linéaire le conduit à s’intéresser au cubisme. À la recherche de nouvelles formes artistiques, il s’installe à Paris en 1912 où il découvre Paul Cézanne, Georges Braque et Pablo Picasso. Piet Mondrian se livre alors à des abstractions et dépasse même l’expérience pour aboutir à une juxtaposition de lignes et de couleurs. Ces lignes deviendront des verticales et des horizontales ; les couleurs se limiteront aux trois fondamentales, le rouge, le jaune, le bleu et occuperont des carrés ou des rectangles : c’est le néoplasticisme.
François Levy-Kuentz °1960France
Après des études de cinéma à Paris 3, François Lévy-Kuentz travaille comme assistant réalisateur auprès de Marcel Bluwal, Claude Chabrol, Christian de Chalonge et Victor Vicas. Il signe son premier film sur l’art en 1989 avec 'Man Ray, 2bis rue Férou' et inaugure une passion qu’il continue de développer dans la plupart de ses réalisations. Il réalise une cinquantaine de formats courts sur des peintres, des photographes pour divers magazines de France Télévisions. Citons 'Chagall, à la Russie aux ânes et aux autres' (2003), 'Yves Klein, la révolution bleue' (2006), 'Calder sculpteur de l’air' (2009) et 'Salvador Dali, génie Tragi-comique' (2012).
Rent Dans l’atelier de Mondrian using the form