Georges Braque

Artiste : Georges Braque

Georges Braque

  • 24'
  • 1950
  • VF
Réalisation : André Bureau

Image : A. Villard | Montage : M. Lavigne | Musique : Jean-Sébastien Bach | Commentaire : Stanislas Fumet dit par Jean Desailly | Coproduction : C.A.P.A.C., Claudon Films | Pays : France

  • 24'
  • 1950
  • VF

Résumé

Un documentaire historique qui suit le peintre Georges Braque dans ses multiples recherches et au travail.

Avis

Georges Braque dans son atelier, et au bord de la mer. Georges Braque et son rapport aux objets, aux formes qu’il dégage de l’anecdotique pour arriver à leur logique, son rapport à la matière qu’elle soit carton, galet, toile, encre, peinture, sable, bronze, cuivre. On le voit dessiner, peindre, faire subir à ses papiers ou à ses toiles "l’épreuve du mur". Une séquence classique : comment des galets trouvés sur une plage deviennent une sculpture. On assiste à un bricolage génial, on voit son regard, on sent la recherche, les doutes, les certitudes jusqu’à ce que l’évidence d’une œuvre achevée apparaisse à l’écran. Quelques données biographiques, un commentaire daté, démodé, ne troublent que peu l’essentiel du travail.

Georges Braque 1882-1963France
Après avoir suivi des cours du soir à l’École des Beaux-Arts du Havre, Georges Braque s'installe à Paris à dix-huit où il fréquente l’Académie Humbert. Il prend un atelier en 1904 et se lie d’amitié avec Othon Friesz qui l’entraine vers le fauvisme. Après la vente de ses premières toiles au Salon des indépendants, Braque signe un contrat avec le galeriste Kahnweiler en 1907, ce qui lui permet de rencontrer Picasso dont la toile 'Les Demoiselles d’Avignon' est une révélation. Il s’engage alors dans le mouvement cubiste. C’est d’ailleurs lors d’une exposition de Braque chez Kahnweiler (fin 1908) que le critique Louis Vauxcelles lance le mot "cube". Grièvement blessé lors de la guerre 1914-1918, il adopte un style plus coloré et réaliste. Figure majeure du cubisme, Georges Braque est également un illustrateur apprécié par Guillaume Apollinaire et Paul Éluard.
André Bureau France
Réalisateur, directeur de la photographie, André Bureau a été l'assistant de Pierre Etaix de 1962 à 1965. Il réalise lui-même trois documentaires : 'La Trace de l'homme', 'L'évangile de la pierre', sur la statuaire religieuse médiévale et un portrait de Georges Braque.
Rent Georges Braque using the form