Jacqueline de Jong, l’insurgée de l’art

Jacqueline de Jong, l’insurgée de l’art

  • 73'
  • 2019
  • VF
Réalisation : François Levy-Kuentz

Image : Pascal Caubère | Son : Alexandre Abrard | Montage : Vincent Schmitt

  • 73'
  • 2019
  • VF

Résumé

Il était temps de reconnaître le travail de l'artiste néerlandaise Jacqueline de Jong qui, toute sa vie, a expérimenté formes et styles pour produire un travail à la fois joyeux et subversif. Ce portrait amoureux lui rend un hommage mérité.

Avis

À 80 ans, avec ses cheveux roux flamboyants, son regard clair acéré et son énergie débordante, Jacqueline de Jong ne passe pas inaperçue. François Lévy Kuentz, grand habitué du portrait d'artiste, se propose (et lui propose) de faire ensemble un film pop, à l'image de l'artiste et d'un travail qu'elle mène depuis plus de 50 ans. Mais très vite, le modèle se rebelle. Son credo, «ne jamais cesser d’être désobéissante» nourrit le film qui s'abreuve alors de ce caractère autoritaire et obstiné et lui donne sa structure joyeuse. On la suit donc comme on peut, quand elle veut dans son jardin où elle collecte des pommes de terre pour en faire des bijoux, dans les expositions qui la rendent un tantinet nerveuse, dans sa salle de bain, en voiture.... Aussi impertinente que ses toiles qui mêlent érotisme, humour et violence, on découvre une personnalité d'une grande audace et d'une grande modernité. L'autoportrait en papoue qu'elle réalise à 10 ans en dit très long... Et alors qu'on pouvait l'imaginer influencée par son mentor-compagnon Asger Jorn, on se dit que l'influence a plutôt été réciproque. Car Jacqueline de Jong est une femme libre, sans influence comme en témoigne son engagement politique auprès de l’Internationale Situationniste aux côtés de Guy Debord dans les années 60.

François Levy-Kuentz °1960France
Après des études de cinéma à Paris 3, François Lévy-Kuentz travaille comme assistant réalisateur auprès de Marcel Bluwal, Claude Chabrol, Christian de Chalonge et Victor Vicas. Il signe son premier film sur l’art en 1989 avec 'Man Ray, 2bis rue Férou' et inaugure une passion qu’il continue de développer dans la plupart de ses réalisations. Il réalise une cinquantaine de formats courts sur des peintres, des photographes pour divers magazines de France Télévisions. Citons 'Chagall, à la Russie aux ânes et aux autres' (2003), 'Yves Klein, la révolution bleue' (2006), 'Calder sculpteur de l’air' (2009) et 'Salvador Dali, génie Tragi-comique' (2012).
Rent Jacqueline de Jong, l’insurgée de l’art using the form