La danse des ombres

Artistes évoqués :
Harald Szeemann

La danse des ombres

  • 46'
  • 1989
  • VF
Réalisation : Simone Mohr

Scénario : Simone Mohr, Jo Excoffier | Image : Jean Zeller, Roger Bovard | Son : Dominique Brandt, André Maillard | Montage : Gabriella Conelli, Christian Bonvin | Production : Télévision suisse romande | Pays : Suisse

  • 46'
  • 1989
  • VF

Résumé

Portrait lumineux d'un artiste à l'univers sombre, Christian Boltanski, devenu une figure incontournable de l'art contemporain.

Avis

Boltanski par Christian et Christian par Boltanski. Ici tout se mêle pour nous faire entrer dans un univers de création fort et singulier. Les souvenirs d’enfance, l’homme qui vit dans le désordre, l’identité juive, le "bricolage artistique", tout cela fait le film, porté par un monologue zigzaguant comme une conversation à bâtons rompus : ludique, plein d’humour, d’histoires, de dérision intelligente. Cette circulation dans les lieux, les ateliers, les souvenirs, nous fait passer d’un travail à l’autre en présentant trois œuvres majeures : la réflexion sur les photos du magazine Détective, l’installation 'Les vêtements d’enfants' faite pour l’ARC à Paris et 'Les morts suisses'. Tout ce périple renvoie à la mort (de l’holocauste au crime de faits divers), à la mémoire, au temps et à une mise en scène cérémoniale. Face à Boltanski intervient parfois Harald Szeemann, critique d’art, concepteur d’exposition, mais il s’agit plutôt de propos prolongés, de complicité et non d’interview classique. Un film juste et émouvant qui, sans a priori explicatif ou conventionnel, fait le portrait d’un artiste et d’une œuvre, une des plus fortes de l’art contemporain. Le regard de Simone Mohr, la réalisatrice, la rend lumineuse.

Christian Boltanski °1944France
Collections d’objets, de boîtes à biscuits, de tiroirs, de livres ou de vêtements sont autant de reliques qui nous plongent dans le passé, qu’il soit personnel ou collectif, réel, fictif, dramatique ou comique. Les installations de Christian Boltanski nous isolent du temps présent pour ouvrir un espace de méditation, la mythologie personnelle rejoint la grande histoire. Il s’intéresse à la trace et à l’oubli, à la disparition. "La photographie de quelqu'un, un vêtement ou un corps mort sont presque équivalents : il y avait quelqu'un, il y a eu quelqu'un, mais maintenant c'est parti", dit-il. Pour évoquer la tragédie d'Ustica, il reconstitue la carcasse d’un avion dans un musée de Bologne dédié aux victimes. En 2015, Christian Boltanski investit le MAC’s à Mons avec ‘La Salle des pendus’.
Simone Mohr Suisse
Après une thèse en sciences, Simone Mohr décide de réaliser des reportages entre 1960 et 1969. Parallèlement, elle accomplit deux ans d'assistanat à la TSR auprès de différents réalisateurs. Sur la même chaine, elle est nommée réalisatrice en 1975, et réalisera plus de soixante émissions et reportages pour des magazines culturels.
Rent La danse des ombres using the form