Michel de Ghelderode

Michel de Ghelderode

  • 22'
  • 1957
  • VF
Réalisation : Luc de Heusch

Scénario : Luc de Heusch, Jean Raine | Image : Charles Abel, Oleg Tourjansky | Musique : Célestin Deliege | Coproduction : Luc de Heusch, RTBF | Pays : Belgique

  • 22'
  • 1957
  • VF

Résumé

Un entretien avec Michel de Ghelderode, auteur de théâtre belge alors âgé de 59 ans. Il nous ouvre sa chambre d'écriture, lieu de rêves et de fantasmes encombré des objets baroques qui définissent son univers torturé, mais aussi grotesque et truculent.

Avis

Un théâtre où l’on répète la pièce 'Magie rouge' ouvre le film. Une construction en boucle l’amène à se fermer sur la représentation d’un mystère joué par les marionnettes de Toone. Traversant tout le film, la voix rocailleuse et scandée de Michel de Ghelderode parle de la Flandre, du passé, de la solitude, de l’écriture. Sa présence émouvante, vieillie, de grand nocturne, se fond dans la fumée de son éternelle pipe. Il s’agit d’un portrait plus que d’une biographie. L’essentiel est là, mis volontairement en désordre. On découvre sa carrière de dramaturge et sa chambre-tanière, repaire d’objets poétiques et magiques. On entend des évocations de Bruges, source de son inspiration, avec la présence des offices, des tableaux où les peintres disent l’épouvante de la mort. On révèle sa vie de modeste fonctionnaire communal et ses déambulations dans le vieux Bruxelles. Un témoignage juste et un peu grandiloquent sur un grand écrivain. Un film d’archives précieux car Ghelderode fuyait la foule et les interviews comme la peste.

Michel de Ghelderode 1892-1962Belgique
Luc de Heusch 1927-2012Belgique
Cinéaste, ethnologue, écrivain, professeur à l’Université Libre de Bruxelles et à l'École des Hautes Études, ami de Jean Rouch et de Germaine Dieterlen, Luc de Heusch a publié des ouvrages sur les mythes et la royauté en Afrique qui font autorité. CoBrA l'ouvrira à la peinture, Henri Storck au cinéma. Il a tourné de nombreux films en Afrique, ainsi que des films sur des artistes belges. La fiction ne le tentera qu’une fois avec 'Jeudi on chantera comme dimanche' qu'il tourne en 1967.
Rent Michel de Ghelderode using the form