Opalka, une vie, une œuvre

Artiste : Roman Opalka

Opalka, une vie, une œuvre

  • 52'
  • 2011
  • VO PL stFR
Réalisation : Andrzej Sapija

Production : Kamerovid, avec L’Institut Polonais pour la version française | Pays : Pologne

  • 52'
  • 2011
  • VO PL stFR

Résumé

Portrait de l'artiste polonais Roman Opalka et plongée en profondeur dans une œuvre obsessionnelle qui donne à contempler le temps.

Avis

Un jour, Roman Opalka a pris une des décisions les plus radicales de l’histoire de l’art contemporain. Pendant près de quarante-cinq ans, il a consacré sa vie à la réalisation d’un seul cycle intitulé 1965/1 à infini, une série de toiles de même dimension sur lesquelles il traçait invariablement en blanc sur noir, de gauche à droite, la suite des nombres croissants, depuis le numéro 1. Il en peignit cinq par an, chacune intitulée 'Détail'. Et il ajouta 1 % de peinture blanche au fond de chaque nouveau tableau. Ces peintures étaient "à la fois un document sur le temps et sa définition", dans une tentative d’inscrire sa trace irréversible. À la fin de ces séances, il se photographiait devant la toile, habillé d’une chemise blanche. Le visage se ride et s’efface progressivement, de plus en plus absorbé par la blancheur de la toile, annonçant l’inexorable disparition. De 1965 à 2011, l’artiste atteignit le nombre de 5 607 249, et réalisa des milliers de portraits. Andrzej Sapija fait des allers et retours entre l'atelier de l'artiste (qu'il filme en noir et blanc) et la nature environnante (qu'il filme en couleur). Il parvient à capturer la pensée radicale et obsessionnelle de trois manières cinématographiques : en donnant les données chiffrées des lieux visibles à l'écran, en laissant courir l'énumération de l'artiste au son, et en capturant des motifs qui se répètent et qui viennent faire écho à la répétition dans l'œuvre. De son côté, Roman Opalka nous livre sa pensée et sa vie et l'on entre dans ce film comme on entre comme dans une transe.

Roman Opalka 1931-2011Pologne
Capturer la trace d’un temps irréversible, tel est le programme de la vie de Roman Opalka. Jusqu’à sa mort, il peint les 'Détails' - 'OPALKA 1965 / 1 - ∞' - suites de nombres inscrits dans l’ordre chronologique sur des toiles à échelle humaine. Chaque nombre est un instant. Il enregistre sur bande magnétique les chiffres qu'il lit en même qu'il les peint et chaque séance de travail s’achève par un autoportrait photographique, pour prendre le temps à bras le corps.
Andrzej Sapija °1954Pologne
Diplômé des Beaux-Arts dans sa ville natale de Wroclaw, Andrzej Sapija reçoit une formation en réalisation à l’École de Łódź. Il y enseigne depuis, de même qu'à l'Université de Varsovie, tout en étant producteur et réalisateur.
Rent Opalka, une vie, une œuvre using the form