Ousmane Sow, Le soleil en face

Artiste : Ousmane Sow

Ousmane Sow, Le soleil en face

  • 54'
  • 2000
  • VF
Réalisation : Béatrice Soulé

Image : Olivier Guénean, Eric Milot, Béatrice Soulé | Son : Olivier Snowob, Thierry Blandin | Montage : Roger Ikhlef, Julie Martinonovic | Mixage : Dominique Vieillard | Musique : Nino Cinélu | Production : PRV, Canal+, Forum des images, Le poisson volant | Pays : France

  • 54'
  • 2000
  • VF

Résumé

Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow a mis en scène la bataille de Little Big Horn. Béatrice Soulé filme le sculpteur au travail, chez lui et dans son atelier au Sénégal jusqu'à son installation finale et impressionnante au-dessus de la Seine.

Avis

Ousmane Sow est un sculpteur sénégalais qui a été invité par la ville de Paris à investir le Pont des Arts. Il a choisi de mettre en scène la bataille de Little Big Horn où se sont affrontés les tribus indiennes et le général Custer dans la conquête sanglante que les États-Unis d'Amérique ont livrée, pour posséder un territoire qui appartenait à d’autres. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que cette citation historique n’est que la métaphore de ce qui est arrivé en Afrique face à l'Europe. Et dans cette bataille-là, les Indiens ont gagné, le message est encore plus clair.
C’est le deuxième film que Béatrice Soulé consacre à l’œuvre d'Ousmane Sow. Ici, la cinéaste prend la parole et conduit son film comme un journal intime, un commentaire/méditation qui accompagne l'artiste au travail. On assiste à la création de tous les personnages sortis de la glaise et des bandelettes, de cette alchimie sculpturale dont Ousmane Sow garde le secret. Hommes et chevaux prennent forme dans son imaginaire et seront vus pendant trois mois par trois millions de personnes. Entre la maison de Dakar où vit Ousmane Sow, son atelier plein de terre et de mystère, et la finalité parisienne, la cinéaste interroge l’histoire de la bataille où mourut Custer. Si l'artiste ne prononce pas un seul mot, la force visionnaire de son travail et son corps domptant et séduisant la matière s'imposent d'eux-mêmes.

Ousmane Sow 1935-2016Sénégal
Débarqué à Paris sans un sou en poche, Ousmane Sow enchaîne les petits boulots et renonce finalement à l’école des Beaux-Arts pour devenir kinésithérapeute. Pendant des années, la nuit transforme son cabinet médical en atelier de sculpture. C’est en découvrant les photographies de Leni Riefenstahl sur les Noubas du Sud-Soudan qu’il commence à travailler sa série des 'Lutteurs'. Ses sculptures voyagent alors de la documenta de Kassel à la Biennale de Venise et son exposition sur le pont des Arts attire plus de trois millions de visiteurs et visiteuses. Sculptant sans autre modèle que l’imaginaire, très attaché à son pays d'origine, Ousmane Sow invente la matière, libre et imprévue, qu’il forme autour d’une ossature faite de fer, de paille et de jute.
Béatrice Soulé France
Depuis 1981, Béatrice Soulé produit et réalise des documentaires musicaux. Elle crée aussi des événements télévisuels dont elle assure la production. En 1999, elle est la commissaire et scénographe de l'exposition du sculpteur sénégalais Ousmane Sow à Dakar et sur le Pont des Arts à Paris. Elle a poursuivi sa collaboration avec Ousmane Sow en assurant le commissariat et la scénographie de ses expositions, l’édition de ses livres et catalogues et en continuant à le filmer et le photographier.
Rent Ousmane Sow, Le soleil en face using the form