Terres Barceló

Artiste : Miquel Barceló

Terres Barceló

  • 75'
  • 2018
  • VF
Réalisation : Christian Tran

Image : Christian Tran | Son : Christian Tran | Montage : Aurélie Jourdan | Musique originale : Maëlle Coulange, Maëlle Duchemin | Production : Les Films de la caravane, Artis, Lyon Capitale TV

  • 75'
  • 2018
  • VF

Résumé

Portrait généreux du peintre et sculpteur espagnol Miquel Barceló à l'occasion des expositions à la BnF et au musée Picasso à Paris.

Avis

En 2016, deux institutions parisiennes, le musée Picasso et la Bibliothèque nationale de France (BNF), ont offert à l’artiste espagnol contemporain Miquel Barceló un terrain de jeu à sa mesure ou plus exactement à sa démesure. Le Musée Picasso lui a proposé son sous-sol dans lequel l'artiste a décidé d'ériger un mur intitulé 'le grand mur de têtes', une grande construction tenue par un torchis archaïque qui se veut comme une suite d'autoportraits. Une œuvre pleine de trous, qui laisse passer l'air et la lumière et aspire à une certaine forme de légèreté. À la BNF, l’artiste a investi les parois vitrées de plus de 1000m2 et exécute une fresque éphémère tracée avec les doigts et des outils primitifs dans de l’argile mouillée. Émerge alors tout un monde de terre et de lumière peuplé du motif animal, saisi par une puissante force organique. Le réalisateur Christian Tran a passé de longs moments auprès de l’artiste au travail, captant en même temps que ses gestes fascinants, des propos à la fois lumineux et érudits sur l’art en général… ce qui ne l’empêche nullement d’écouter des matchs de foot lorsqu’il travaille. Outre le processus créatif de ces deux œuvres monumentales, le film nous offre également l’opportunité de visiter, toujours aux côtés de l’artiste, la cathédrale de Palma de Majorque dans laquelle Miquel Barceló a érigé, entre 2001 et 2006, 300 m2 de céramiques en relief, représentant la parabole de la multiplication des pains et des poissons et qui a créée la polémique. Mais c’est surtout la descente dans la grotte Chauvet et les commentaires de l’artiste sur les dessins pariétaux qui constitue le point d’orgue du documentaire et que nous éclaire de façon spectaculaire sur son travail. Gratter, griffer, creuser, triturer, tracer, tout le travail de Barceló tient à la fois de l’art brut, du rituel, de la transe païenne ou sacrée. Et en revenant sans cesse sur deux de ses performances ('Paso Doble' à Avignon et 'L’image fantôme' à Salamanque) Christian Tran instaure aussi à sa manière une sorte de rituel, un ballet autour d’un artiste hors norme.

Miquel Barceló °1957Espagne
Christian Tran °1966France
Rent Terres Barceló using the form