Elliott Erwitt

Artiste : Elliott Erwitt

Elliott Erwitt

  • 12'
  • 1989
  • VF
Réalisation : Elliott Erwitt

Son : Ludovic Constant | Montage : Corinne Planchais | Commentaire : Elliott Erwitt | Coproduction : CNP, La Sept et RIFF | Pays : France

  • 12'
  • 1989
  • VF

Résumé

Contacts est une série sur les photographes. Cet épisode est consacré à Elliott Erwitt, qui nous promène de photos en photos et s'amuse à dévoiler des morceaux de réalité.

Avis

Elliott Erwitt doit sa notoriété à ses photographies de mode, de stars, son sens de l'humour burlesque et ses prises de vues sur le vif qui ont parfois changé le visage de l'Amérique. Il nous fait entrer dans ses recherches en commentant quelques photographies. Son commentaire extrêmement ironique et modeste caractérise une œuvre empreinte d'émotion et d’humour. Il rend d'abord hommage au hasard avec l’instantané d’un gamin accroché à un tram en Espagne. Tout est suggéré : l’astuce, le danger, le rapport à la survie. Puis, vient le conflit de Budapest en 1964, interdiction de photographier ce que les communistes ne veulent pas qu’on voit : il était là et une femme lui offre son visage sans regard. À Trouville, il observe un homme se débattre avec un parasol qui ne veut pas se fermer et il rejoint là les gags des grands burlesques américains. Il assiste à la rencontre Nixon/Khrouchtchev. Il parle ensuite d’un concours de nudistes et saisit l’ironie d’un sexe masculin balancé devant le regard béat de deux vieilles américaines habillées. Il enchaîne par un défilé de mariées de la haute couture, des mannequins Dior ou Chanel qui croisent, glorieuses et blanches, un père triste et gris qui pousse un landau au fond d’une banlieue. Elliott Erwitt nous fait entrer dans son univers amusant. Mais, avec lui, s’amuser, c’est surtout voir des vérités jamais vues.

Elliott Erwitt °1928États-Unis
De parents russes, Elliott Erwitt émigre aux États-Unis en 1939 et commence à travailler un labo-photo commercial. Il étudie ensuite le cinéma et la photographie et navigue sans cesse entre les deux, réalisant plusieurs films documentaires dans les années 1970. Elliott Erwitt rencontre Edward Steichen, Robert Capa, et voyage dans le monde entier avant de devenir le président de l’agence Magnum. Bien qu’il n’appartienne qu’à lui-même, il dit avoir la révélation de ce qu’est la photographie en découvrant les trains de Cartier Bresson et les musiciens des rues d’Atget. Ses inimitables photos de chiens et son humour, des boutades qu’il marque sous forme de phrases définitives, contribuent à rendre Elliott Erwitt célèbre, un regard sarcastique mais plein d'humanité.
Rent Elliott Erwitt using the form