Le Miroir magique d’Aloyse

Artiste : Aloïse Corbaz

Le Miroir magique d’Aloyse

  • 24'
  • 1967
  • VF
Réalisation : Florian Campiche

Voix : Daniel Fillion | Production : Center for Mass Communication, avec l’aide de F. Hoffmann - La Roche & Cie S.A. | Pays : Suisse

  • 24'
  • 1967
  • VF

Résumé

Rencontre avec Aloïse Corbaz, une des personnalités les plus importantes de l'art brut. Tourné quelques années avant sa mort dans l'hôpital psychiatrique dans lequel elle est enfermée, ce documentaire la montre au travail.

Avis

Une vieille dame soignée et effacée circule dans un couloir, un gros rouleau de papier sous le bras. On la retrouve ensuite dans une pièce d’une tristesse fonctionnelle, ouvrir une boîte de pastels et se mettre à dessiner. Ces deux scènes sous-tendent l’émotion d’un film où l’on voit les dernières images d’Aloïse, grande peintre d’art brut, schizophrène qui a passé quarante-cinq ans de sa vie dans un hôpital suisse à construire, avec ses dessins, un monde magique qui l’a rendue célèbre. Le film, qui date de 1967, l’entoure évidemment d’un discours médical et paternaliste qui n'aurait plus cours aujourd'hui. On y décortique l’exploration des symboles contenus dans ses tableaux, l’explication clinique de sa "folie" (abolition de la notion de temps, dissociation de la réalité, construction d’un univers parallèle plus vrai que le vrai). Le descriptif de l’histoire personnelle de sa maladie rejoint celle de sa vie. Aloïse est "chosifiée" prise en charge par un diagnostic omniprésent, mais restent ses dessins - et on en voit beaucoup - et son visage muré qui cache un monde intérieur, livré par l’œuvre seule. Un document précieux constituant l'unique témoignage visuel de l’artiste au travail.

Aloïse Corbaz 1896-1964Suisse
Après avoir obtenu un certificat d’études secondaires, Aloïse Corbaz s’installe en Allemagne en 1911 et devient gouvernante. Elle rentre en Suisse à la veille de la guerre, au même moment où se manifestent les premiers signes de schizophrénie. Elle est internée en 1918 à l’hôpital de Cery, puis en 1920 à l’asile de la Rosière à Gimel où elle reste jusqu’à sa mort. C’est lors de son internement qu'Aloïse Corbaz se met à l’écriture puis au dessin, d’abord en cachette avec ce qu’elle trouve jusqu’à ce que le personnel remarque ses travaux et lui fournit du matériel. Elle passe de petits cartons récupérés, à des cahiers et des grands formats faits de feuilles cousues, où se retrouvent des héroïnes et des personnages princiers dans de complexes scènes théâtrales. Son œuvre conservée depuis la fin des années 1920 fait d’Aloïse Corbaz une figure emblématique de l’art brut.
Florian Campiche 1910-2002Suisse
Après avoir commencé à peindre en 1930, Florian Campiche expose à Lausanne des natures mortes et des paysages. Il affectionne tout particulièrement sa région, le Jura et sa lumière. Il signe quelques films sur des artistes, dont un portrait de Charles Clément, artiste peintre, illustrateur, caricaturiste et graveur vaudois.
Rent Le Miroir magique d’Aloyse using the form